Eglises

Iglesia Parroquial de San Juan Bautista - Iglesia de San cristobal - Capilla de la Virgen de los Desamparados

IGLESIA PARROQUIAL SAN JUAN BAUTISTA

Le temple paroissial de "San Juan Bautista" est un grandiose édifice baroque classique valencien. La première pierre fut posée le 14 avril 1736 et bénie trente ans après. Les plans sont de l'architecte José Herrero; les maîtres V. Carbó et F. Garrafulla ont travaillé sur le projet et après Juan Barceló a conclu le travail. L'oeuvre fut financée par Alcalà de Xivert.

Le temple paroissial est une plante en forme de croix latine, avec quatre travées dans la nef centrale et collatérales, chapelles latérales entre les contre forts, elle est couverte par une coupole de canon et belle coupole sur tambour et pendentifs sur la croisée, ainsi que des coupoles dans les nefs latérales. Aux pieds s'ouvre la chapelle de communion, plante de croix grecque.

La façade est centrée par une portée de type retable baroque avec un couronnement de profil mixtiligne et couronné de chandeliers et par l'image monumentale de l'archange "San Miguel" (remise en 1986). Trois portes s'ouvrent en correspondance avec les nefs, les latérales s'articulent au moyen de colonnes toscanes adossées et la centrale montre une superposition de colonnes exemptées sur piédestaux. Sur la porte, niches avec édicules empilées qui continuent pour encadrer l'oscule ovale. Sur les colonnes latérales s'ouvrent d'autres niches.

Le temple montre un ensemble notable de rocailles répandues par les fenêtres et les fleurons en arc et voûtes. La peinture se répand avec générosité sur l'apostolat des pilastres de la nef centrale ainsi que sur tous les pendentifs -au nombre de quarante- et voûte d'accès à la chapelle de Communion. L'arrière de l'autel a été restauré récemment avec une toilemagnifique "La degollación de San Juan", oeuvre de l'artiste Vicent Traver Calzada, qui avec une thématique très réfléchie met en manifeste notre temps. Le tableau évoque l'histoire de "San Juan" avec des costumes contemporains.

Sur le côté droit, de la façade monumentale de l'église, se trouve la tour clocher, "la plus grande du Royaume de Valencia". Les travaux commencèrent le 15 août 1784 et l'oeuvre fut achevée le 14 juin 1803. Elle correspond aux plans de l'architecte Juan Barceló, après sa mort, elle fut conclue par Blas Teruel.

L'oeuvre, réalisée entièrement en pierre de taille, se projette urbanistiquement sur la place étendue à ses pieds, elle constitue un cadre urbain, un espace monumental avec uns perspective très visuelle de tout le centre urbain. La tour de plante octogonale sur toute sa hauteur, articule son fût avec des contre forts pour les côtés et des cordons horizontaux; à la base, trois gradins et une portée d'accès élevé, avec l'image de "Santa Barbara". L'accès aux cloches se fait par un escalier en colimaçon, et par un autre, on accède aux dépendances supérieures. Le clocher s'ouvre sur chaque face par des arcades en mi point. Levé sur des piliers allongés, se trouve la dernière partie. Le couronnement est constitué par une voûte octogonale lisse et une grande boule au sommet qui sert de base à l'image de "San Juan Bautista". C'est l'équilibriste José Puertollano qui l'y installa le 26 octobre 1901 pour remplacer la précédente.

IGLESIA DE SAN CRISTOBAL

À son emplacement actuel, il y avait une tour de surveillance qui dominait les actuelles plages "Carregador", "Romana" et "Fuentes". Cette tour fut construite au centre du village d'Alcossebre et nous avons connaissance qu'elle existait toujours en 1610. Petit à petit, elle est tombée à cause du manque d'usage et en 1785 il ne restait plus que les quelques ruines des murs latéraux.

À la fin du XVIII ème, un ermitage dédié à "San Cristobal" y fut édifié mais en époque contemporaine on l'a remplacé par l'actuelle église. Elle se trouve à la "Calle San José".

CAPILLA DE LA VIRGEN DE LOS DESAMPARADOS

Cette chapelle se trouve dans la rue qui porte son nom et dont elle est votive, angle avec "Alcalde Puig". Dans une première phase, elle fut construite en 1705, en maçonnerie, avec une porte déprimée sur laquelle se trouve une embrasure et à la suite d'une simple corniche, une cloche. La plante est d'une seule nef, avec quatre travées et sur la première d'entre elles une coupole. Après, elle est suivie d'une voûte en canon. La partie de la sacristie dispose d'un couvert plat. La deuxième phase fut construite en 1863.